URANIUM - Veronique Meignaud

Véronique Meignaud aka Marmotte - Illustrations, sketches, collab., écriture automatique...

01 novembre 2008

~ Fronto

...Et observe cette tache articulaire monter, vers les cimes des arbres, son regards mélange la bêtise, l’air candide, la vie détruite, la dégénérescence du raisonnement, le caractère alternatif de ses états que tout oppose, la séquelle. Malade, captive du froid, les tempes noyées, l’immersion dans le geste vers l’anéantissement. C’est un rythme qu’elle cherche, pour rebondir sur les maladies de ses organes ignorés, passer ces angoisses qui ne tiennent plus. Mais les icônes pleuvent parmi toutes les parts de vies environnantes... [Lire la suite]
Posté par V Meignaud à 19:06 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
31 octobre 2008

~ Alaska

Elle ramène le froid après l’attente indésirable, les particules se réveillent mais se gèlent dans le temps, auquel elles n’assisteront plus, dessoudées de leur porteur. Il/elle reprend sa marche sur un sol neutre et fragile, couvrant de nombreuses identités, qu’ils ne se révéleront peut être jamais. Les grands yeux ouverts encore dominent mais peuvent se faire absorber dans une transition sans précédent, comme les faces changeantes mais identiques d’un cube, chacune affiliée à son lot réservé, d’une espérance de vie d’un an.... [Lire la suite]
Posté par V Meignaud à 16:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,
30 octobre 2008

~ Shell

On ne comprend pas ce qu’elle témoigne par cet œil, creux sans issu ou noyau dissimulé derrière un fruit écaillé. Elle n’aime pas cette enveloppe sans cœur qui respire houleuse comme l’océan, faisant jaillir le sel de ses sillons jusqu’à emplir sa voûte d’eau noire musquée, et noyant de richesse le fond charnu comptant 5000 grappes amères. Que faire d’autre après le proclama du terrain nu d’homme. Intercepter les passerelles, celles que tu captes de leurs odeurs persistances, et caractéristiques d’un simili futur proche que tu... [Lire la suite]
Posté par V Meignaud à 00:46 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
29 octobre 2008

~ Anegado

Un passif nous revient, l'oreille s'était dissipée un peu. Prise d'effroi à l'écoute d'une note interdite, bien que désirée de peu. Félon(ne) hérite en prétention de pouvoir, la provocation à sa propre amertume, égoïste aux troubles de générosité. Comment pratiquer le nettoyage de tous ces antagonistes, comment s’introduire dans ce chaos et taire les éméchés. Les dits sont longs, en charge de relecture de tes fautes historiques et faits divers ; aucune aide ne viendra du registre essentiel des commutateurs, celui que tu nous as... [Lire la suite]
Posté par V Meignaud à 01:41 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
28 octobre 2008

~ Ambush

Un jeu un peu sadique dans lequel tu t’es pendu par mille ferrailles, sauvages te découragent ; la fille te dépasse sans esquisser la moindre émotion à ton égard. Elle te massacre au plaisir de ses yeux noirs, une profondeur pourpre couvrant la couleur d’un humain intouchable, de celle qui te charme. Ta gorge de hargne est impuissante et neutralise tes mains sèches. Absurde cette confrontation, surprend ta proie et assomme sa détermination, pour ne pas saigner ton désir. La scène t’a mis aveugle, tu t’en tires pour... [Lire la suite]
Posté par V Meignaud à 02:04 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
27 octobre 2008

~ Amidon

Note pour Maya. | Une tranche de pain n’est pas seulement le sol dans lequel s’emplira tes racines ; pourquoi ne pas la présenter parmi les denrées pâtissières, les savoureux du matin [et l'actuel parfum promu du local ]. Je manque des authentiques tel que la sueur de pins et le miel songe des monts, qui résonnait le souvenir de la belle chenille sphinx de chêne tombée dans le chlore gelé. Que j’avais essayé de sauver, cette vivace cliquetant un son inconnu. *clic* Sonor ~ Cinema Strange | Tomb Lilies. Ca me... [Lire la suite]
Posté par V Meignaud à 00:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
26 octobre 2008

~ Ruido

Il ne peut pas se transporter tout cet air de démolition ; pas sans moi. | Toute cette crise que tu as intériorisée, qui bouillonnait silencieusement pendant tes époques de femme en passe de succomber superficielle. Que se passait-il derrière tout ce processus ; où s'était-il inscrit, le reflet de ta jeunesse ? Tu l'as refoulé sans t'en rendre compte, puis déconsidéré. Tu voulais le noyer ?! Et préférer ton essentiel, croire en la valeur des barrières, faisant taire tes douceurs versatiles ; si séduisantes pourtant. Tu étais... [Lire la suite]
Posté par V Meignaud à 02:50 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,
25 octobre 2008

~ Iron

Les planches de bois et bitume se saccadent entre elles, fracassent le sol en mortier, ses talons tuant la colonne sacrée au rythme de mes battements. Les fibreuses musculaires rougissent, brûlent au violet ; futur cancer qui tannera cette peau douce en cuir centenaire. Des plumes duveteuses arborent les cotés rustres de cette cage de cartilage, rendant ton contact possible, avant que les prochaines fractures de mouvements reprennent leur torture. Il agrippe les courbes invisibles de l'air jusqu'à l'encaissement de 3kilos tonne... [Lire la suite]
Posté par V Meignaud à 15:29 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,
24 octobre 2008

~ Edge

<!-- /* Font Definitions */ @font-face {font-family:SimSun; panose-1:2 1 6 0 3 1 1 1 1 1; mso-font-alt:宋体; mso-font-charset:134; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:3 135135232 16 0 262145 0;} @font-face {font-family:"\@SimSun"; panose-1:2 1 6 0 3 1 1 1 1 1; mso-font-charset:134; mso-generic-font-family:auto; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:3 135135232 16 0 262145 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal,... [Lire la suite]
Posté par V Meignaud à 21:57 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
23 octobre 2008

~ Papageno

Dans cette scène divisée se disputent 2 truands, au milieu la pauvre Blondine à coté de ces poupées carrées. Un goût familier me revient à travers ses yeux, sinistres mais la saveur dépasse le malaise. Une amertume de café, vibrant l'intérieur des souvenirs grisés de poussière. On sourit alors que Blondine est en mauvaise posture. Mais elle n'est que Blondine, une perdue sur le territoire des cauchemars qui ne découlent que de son esprit, auquel a t-elle choisit de croire. Son choix, de vivre encore comme une enfant aujourd'hui. De... [Lire la suite]
Posté par V Meignaud à 14:22 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,