URANIUM - Veronique Meignaud

Véronique Meignaud aka Marmotte - Illustrations, sketches, collab., écriture automatique...

01 juin 2009

~ Sanctuaire

Sanctuaire. | Cliquez pour écouter ♫ On s'occupe de tout, pour vous, pour un résultat parfait, et le poids du monde, sur vous, c'est finis.URBAN SERENADE - AvrilUn morceau non identifié depuis 2ans, il était la matière d'une période précise, je ne me rappelle pas de la dernière écoute tellement elle remonte à loin.Le début à paris, époque fragile et excitante, voilée et carburant de malaise, comme si je ne pouvais plus respirer de nouveau, et depuis assaillie, et assaillir encore, par et pour les même faits, les mêmes... [Lire la suite]
Posté par V Meignaud à 00:55 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,
30 mai 2009

_?_

Je reviendrai avec un texte sur ce qu'évoque l'image. Après une soirée chargée il y aura beaucoup plus à dire en faisant un petit point.Et un truc inachevé qui date...
Posté par V Meignaud à 15:14 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
13 avril 2009

//

Les mains inutiles, les taches vide d'accomplissement, à la ceinture des conflits, on se confond en excuses, ou se fait discret pour passer, presque l'air de rien.Il y a tellement à dire sur cette tranche humaine, par la lecture de ses contours, ses recours aux mots si caractéristiques de son identité. Un beau numéro est affilié à ces personnes, celles qui se retrouvent au sommet de la suffisance, sautent adroites d'accès en bien belle aisance ; elles se sentent au sein du monde divin, le divan des mondains.Elles sont à coté de nous... [Lire la suite]
Posté par V Meignaud à 17:47 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,
25 mars 2009

~ Impatient

Pourquoi les crampes jaillissent de nulle part comme des courbatures d'un marathon brulant-jour de joie ; elles se déclenchent dans une zone précise que l'instinct t'avait prévenue, c'était le choix hésitant que tu as défié il y a un mois, tu croyais pourtant qu'à la réunion-dépôt des faits, les arguments alimenteraient la décision négative (et à l'avantage de ton confort de routine lorsque tu étais de pensée sage)... finalement surprise que de voir l'autre choix se saisir, au profit de l'invité. ...Pourquoi ai-je été gentille,... [Lire la suite]
Posté par V Meignaud à 13:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
12 mars 2009

..-

Des réclamations se font sourdes malgré leur rappel, les couvertures superficielles nous en rassurent, que notre bien viendra à notre secours. À ce mois qui se réchauffe, les circonstances n'ont pas changé ; les précaires s'enfoncent, tes charges s'accumulent, la décharge ne donne ni tort ni raison. Claque la porte, et ouvre la suivante -duplicata de la première-, elle reproduit le schéma qu'elle se refusait en temps forts ; l'erreur qu'elle oublie pour s'y perdre encore. Cet(te) tombe malade,Épouser une feuille de papier ;... [Lire la suite]
Posté par V Meignaud à 22:39 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
01 février 2009

~ Froid

Longue marche dans le froid, pour une fois calmant par le vide et le manque d'humain ; moins de ses avides du consommable, moins puissant se lassent les réputés, et libèrent la nature gratifiante, ou intransigeante. L'air sectionne d'un sens aigu l'intérieur des narines, les sinus ; l'ouïe s'inonde de brûlures sous les rayons d'un soleil faible. Les appuis vifs résonnent dans les talons du périmètre ; les enfants courent pour rattraper les proches, tous obstacles victimes dans le parcours.Sur les eaux le vent chiale doucement, des... [Lire la suite]
Posté par V Meignaud à 20:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
13 janvier 2009

~ Flëmir

Une frappe en tout vents, pluriels, par l'air double ou triple de couleurs ; on les perce, les joue comme pour lire une mélodie que l'on fantasme.Des secondes succinctes et rares se dilatent, légères, et suprêment toutes les autres perturbations. Un temps soit peu, poussière encore se désintègre, pierre se transforme et se tasse dans le sable chaud, retrace l'altitude ; la généreuse forme indiscrète. L'air se convulse toujours quand il est dense, comme un air convoité, raffiné de passions étroites. On l'encercle,l'approche et bien... [Lire la suite]
Posté par V Meignaud à 15:07 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
08 janvier 2009

~ Tuché

Après les nuages, le ciel tombe, c'est terrain vague avec un "ami", à droite une façade nue, sans structure, un bulldozer nous sépare. L'homme est à l'arrêt des commandes. Un grand silence du ciel se fait, un mouvement imperceptible, comme si toute la terre se rapprochait de ce sommet d'agglo, mais non. ...Le mur déjà fendu sur toute sa largeur fléchit, encore et l'homme ne voit rien, mon ami bouge mais ne sait pas vers où ; on s'attrape, on recule, on hurle. La masse se tapit lourde, au sol, mais presque sans dégât ni... [Lire la suite]
Posté par V Meignaud à 14:05 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
05 décembre 2008

~ Muscle

Aimantée à la suppure des insupportables, ces derniers en manque de connexion sanguine, de circuit doré, à travers une irrésistible envie de se trouver dans l'égotisme de son existence ; qu'on a que foutre de ses courbettes "je te partage" !. ne t'en mêle pas, de mon parcours fourmillant de liens ou pas, le "nous ne voudrions pas" nous mènera mal bien dans l'encombre de parasites que lancent tes mains et tes mots spongieux. Tu es l'inclassable de ta propre vie ; le rangé dans les encombrants fragiles de la classe... [Lire la suite]
Posté par V Meignaud à 19:34 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,